Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:56

 

Massacre-en-Coree.jpg

 

MASSACRE EN COREE

 

Auteur

Picasso (1881- 1973).

 

Symbole du XXème siècle, immense artiste, Pablo Picasso est à la fois peintre, sculpteur, graveur et céramiste. Venu en France au début du siècle, il deviendra le chef de file du mouvement cubiste avec son ami Georges Braque. Doté d'une exceptionnelle soif de créativité, il touche à tous les courants picturaux du XXème siècle, surréalisme, expressionnisme ou néo-classicisme, pour devenir un des maîtres incontestés de l'art moderne.

Genre

Dimension

Lieu de conservation

Peinture à l’huile

110 x 120 cm

Musée Pablo Picasso, Paris

Courant artistique

Reprise du tableau de Goya, Tres de Mayo

Picasso étant d’origine espagnole, il est normal qu’il s’inspire d’un tableau phare de l’histoire espagnole et de la résistance populaire à un envahisseur.

Date

1952

Contexte

En pleine Guerre Froide, Les Coréens communiste tente de prendre le contrôle du pays. Ils sont sur le point de réussir mais les Etats-Unis réagissent afin d’aider le gouvernement coréen en danger. Ils interviennent sous mandat de l’ONU afin de  bloquer et repousser cette offensive. Mais les communistes coréens reviennent à la charge aidés des armes et soldats chinois. En 1953, les communistes et le gouvernement de Coréen trouvent un compromis afin de mettre fin à cette guerre. Le pays est divisé en deux :

-          une Corée du Sud pro-américaine

-          une Corée du Nord, communiste et pro-chinoise et pro-soviétique.

Eléments constitutifs de l’œuvre

Formes

Au 1er plan à gauche, trois mères au visage déformé par l’angoisse et le désespoir de ne pouvoir sauver leurs enfants (vivants et à naître) évoquent Guernica. On observe deux enfants effrayés, un aux bras

de sa mère, l’autre se dissimulant vainement derrière le dos de sa mère.

 

Sur un plan intermédiaire se situent trois autres enfants, deux qui ne semblent pas mesurer le danger et qui jouent, enfin une très jeune fille (qui dissimule dans un geste pudique un corps de (femme à peine formé) semble absente de la situation, à laquelle elle n’est reliée que par la main de sa mère.

 

Un autre contraste aussi entre les formes aiguës (lignes droites avec des angles, des corps en partie cuirassés et les armes futuristes (vogue des films de science-fiction destinés à dépeindre un avenir effrayant) et les formes arrondies des sacrifiées (ventre des mères, enfants potelés)

Techniques de production

On observe deux plans : devant : la scène de massacre / à l’arrière : le paysage en ruines.

 

À gauche, les victimes / à droite les bourreaux (même composition que Goya)

 Le fleuve peut avoir deux interprétations possibles :

-          il rappelle la limite entre les deux parties coréennes en conflit.

-          il rappelle aussi la différence entre victimes et  soldats (bourreaux).

On observe un autre contraste entre nudité (désarmement, victimes inoffensives) et armement puissant symbolisé ici par les reflets métalliques des casques militaires et l’armement futuriste qui enlève toute humanité aux combattants. Ils sont réduits à la fonction d’exécutants (= bourreaux).

Impression

C’est une scène où on a un côté avec de la vie, de l’humanité, de l’avenir (enfants qui jouent, enfant qui deviennent adultes, des personnages avec des émotions dans le visage).

 

 D’un autre côté, des guerriers devenus des automates sans visage (le soldat est « robotisé ») avec une impression d’une guerre aveugle (les cuirasses et casques symbolisent l’aveuglement de

l’obéissance aux ordres) et des armes modernes. C’est une guerre pour détruire avec les armes à plusieurs canons. Est-ce une critique d’un monde en pleine tension dans une course à l’armement.

Le chef du peloton peut également

représenter la soumission de l’armée au pouvoir politique.

Ce chef du peloton, le corps tendu vers la droite et le

visage tourné à gauche symbolise–t-il l’hésitation du cas de conscience ou le refus d’assumer sa responsabilité ?

 

But/Signification

Picasso rejoint le courant pacifiste.  C’est une critique de la guerre de Corée. Il veut dénoncer à travers ce tableau une guerre violente, où le but est d’anéantir l’ennemi sans vouloir faire attention aux civils. On veut dénoncer des pays qui se battent au nom de la liberté des peuples et de la démocratie pour  chaque camp (communiste et américain) mais qu’ils n’appliquent pas pour autant pour eux.

De plus, ce sont de vrais crimes contre l’humanité qui sont dénoncés à travers le massacre de civils innocents.

 

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:45

 

http://idata.over-blog.com/1/29/09/78/Histoire-de-l-art/3emes/Duane-Hanson--Supermarket-Shopper--1970.jpg

 

« SUPERMARKET LADY » ou « SUPERMARKETSHOPPER »

 

Auteur

Duane HANSON (1925-1996)

 

Né aux Etats-Unis (Minnesota) dans une famille de fermiers, il étudie les beaux-arts aux Etats-Unis puis en Europe et devient célèbre dans les années 1960 par ses nombreuses sculptures hyperréalistes réalisées à partir de moulages qui mettent en scène des américains dans leur vie quotidienne. Il participe à une exposition d’art contemporain en Allemagne en 1972 (la Dokumenta 5) où il obtient une reconnaissance internationale.

Genre

Dimension

Lieu de conservation

Sculpture

70 x 70 x 166 cm

Ludwig forum, Aix-la-Chapelle. 

Courant artistique

Hyperréalisme. L’hyperréalisme est aussi nommé en anglais photorealism ou superrealism. C’est un mouvement artistique qui apparaît aux Etats-Unis au milieu des années 1960. Ce courant artistique qui touche aussi bien la

peinture que la sculpture s’appuie sur la photographie pour observer le réel, voire le copier et le représenter le plus fidèlement possible.

Date

1969

Contexte

Les Etats-Unis comme l’Europe connaissent un rapide développement économique et des bouleversements dans la société : ce sont les « Trente glorieuses ».

 

C’est une période de hausse continue du pouvoir d’achat des populations et de consommation de masse (apparition des supermarchés et des centres commerciaux, standardisation des produits par l’industrie manufacturière et agro-alimentaire).

 

C’est une ère d’abondance et de prospérité, en particulier pour les classes moyennes. Les modes de vie sont transformés : amélioration du confort dans la vie quotidienne (électroménager, ameublement moderne), généralisation de l’automobile, place de plus en plus centrale de la télévision.

Eléments constitutifs de l’œuvre

Formes

Le personnage représenté est une femme plutôt bien enrobée, chaussée de pantoufles d’intérieur vêtue d’une jupe bleue et d’un haut rose

(couleurs et formes banales), collier de petites fleurs jaunes autour du cou (kitch), montre et bracelet dorés au poignet gauche et sac à main de skaï noir au bras droit. On voit une cigarette au coin des lèvres (la cigarette est un produit de consommation de masse comme un autre à cette époque). Un fichu (sorte de foulard) recouvre des bigoudis roses fixés dans les cheveux et ses collants sont effilés.

 

Le caddie déborde de nombreux produits de consommation courante : papier toilettes, pain, croquettes pour chien, produits ménagers, Coca-Cola, jus de fruits, café, œufs, poulet, dinde, jambon, biscuits au chocolat, pâtes, raviolis, haricots, etc.

 

Tous les produits sont conditionnés selon les standards de l’industrie agro-alimentaire (boîtes en carton, emballages en plastique, boîtes

de conserve). Aucun produit frais (fruits, légumes…) n’est visible.

 

Techniques de production

La femme a été sculptée en moulant le corps d’un modèle avec des bandes de silicone, puis en coulant de la résine de polyester dans le moule et en renforçant ce moulage avec de la fibre de verre. C’est donc une sculpture grandeur nature. La femme a ensuite été minutieusement peinte, habillée et dotée d’accessoires réels, parmi lesquels le caddie en métal. Tous les objets sont « vrais ».

Impression

La femme est un symbole d’opulence alimentaire par ses formes. Elle signifie à la fois le confort et la mollesse avec ses pantoufles. L’apparence est négligée liée surement au supermarché où les foules sont importantes  qui est différent de l’épicerie où tout le monde se connaît.

L’ensemble (apparence, vêtements, accessoires) donne au personnage une image disgracieuse, de mauvais goût, voire vulgaire. On peut penser que

cette femme est âgée d’une bonne quarantaine d’années et fait partie d’une catégorie sociale plutôt modeste.

L’ensemble symbolise l’abondance de la société de consommation.

  

Buts/Significations

On dresse un portrait peu flatteur de la ménagère occidentale moyenne de la fin des années 1960. Ce personnage fait partie du quotidien de l’époque. Dans cette scène, c’est la médiocrité de l’« American way

of life » et plus généralement de la société de consommation occidentale qui est soulignée, dressant face à chacun de nous un miroir.

Le consommateur apparaît comme un drogué ou un zombie errant dans les rayons d’un supermarché, seul.

La consommation de masse, qui se traduit par l’achat par tout le monde des mêmes choses au même endroit (et souvent au même moment : fin d’après-midi, week-end), nous prive de notre liberté (alors même que nous croyons nous émanciper en accumulant des biens grâce à notre « pouvoir » d’achat) et de notre personnalité (nous sommes standardisés, à l’image des produits que nous achetons). Cette femme, par sa médiocrité, son désespoir et sa solitude, suscite à la fois des sentiments de répulsion, de pitié et de compassion.

     

 

 

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 12:20

affiche-rouge-1.png

affiche-rouge-2.png

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 12:00

Staline-1.png

 

Staline-2.png

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 10:57

 

Financer la guerre

Financer-la-guerre2.png 

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Repost 0