Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:56

 

Massacre-en-Coree.jpg

 

MASSACRE EN COREE

 

Auteur

Picasso (1881- 1973).

 

Symbole du XXème siècle, immense artiste, Pablo Picasso est à la fois peintre, sculpteur, graveur et céramiste. Venu en France au début du siècle, il deviendra le chef de file du mouvement cubiste avec son ami Georges Braque. Doté d'une exceptionnelle soif de créativité, il touche à tous les courants picturaux du XXème siècle, surréalisme, expressionnisme ou néo-classicisme, pour devenir un des maîtres incontestés de l'art moderne.

Genre

Dimension

Lieu de conservation

Peinture à l’huile

110 x 120 cm

Musée Pablo Picasso, Paris

Courant artistique

Reprise du tableau de Goya, Tres de Mayo

Picasso étant d’origine espagnole, il est normal qu’il s’inspire d’un tableau phare de l’histoire espagnole et de la résistance populaire à un envahisseur.

Date

1952

Contexte

En pleine Guerre Froide, Les Coréens communiste tente de prendre le contrôle du pays. Ils sont sur le point de réussir mais les Etats-Unis réagissent afin d’aider le gouvernement coréen en danger. Ils interviennent sous mandat de l’ONU afin de  bloquer et repousser cette offensive. Mais les communistes coréens reviennent à la charge aidés des armes et soldats chinois. En 1953, les communistes et le gouvernement de Coréen trouvent un compromis afin de mettre fin à cette guerre. Le pays est divisé en deux :

-          une Corée du Sud pro-américaine

-          une Corée du Nord, communiste et pro-chinoise et pro-soviétique.

Eléments constitutifs de l’œuvre

Formes

Au 1er plan à gauche, trois mères au visage déformé par l’angoisse et le désespoir de ne pouvoir sauver leurs enfants (vivants et à naître) évoquent Guernica. On observe deux enfants effrayés, un aux bras

de sa mère, l’autre se dissimulant vainement derrière le dos de sa mère.

 

Sur un plan intermédiaire se situent trois autres enfants, deux qui ne semblent pas mesurer le danger et qui jouent, enfin une très jeune fille (qui dissimule dans un geste pudique un corps de (femme à peine formé) semble absente de la situation, à laquelle elle n’est reliée que par la main de sa mère.

 

Un autre contraste aussi entre les formes aiguës (lignes droites avec des angles, des corps en partie cuirassés et les armes futuristes (vogue des films de science-fiction destinés à dépeindre un avenir effrayant) et les formes arrondies des sacrifiées (ventre des mères, enfants potelés)

Techniques de production

On observe deux plans : devant : la scène de massacre / à l’arrière : le paysage en ruines.

 

À gauche, les victimes / à droite les bourreaux (même composition que Goya)

 Le fleuve peut avoir deux interprétations possibles :

-          il rappelle la limite entre les deux parties coréennes en conflit.

-          il rappelle aussi la différence entre victimes et  soldats (bourreaux).

On observe un autre contraste entre nudité (désarmement, victimes inoffensives) et armement puissant symbolisé ici par les reflets métalliques des casques militaires et l’armement futuriste qui enlève toute humanité aux combattants. Ils sont réduits à la fonction d’exécutants (= bourreaux).

Impression

C’est une scène où on a un côté avec de la vie, de l’humanité, de l’avenir (enfants qui jouent, enfant qui deviennent adultes, des personnages avec des émotions dans le visage).

 

 D’un autre côté, des guerriers devenus des automates sans visage (le soldat est « robotisé ») avec une impression d’une guerre aveugle (les cuirasses et casques symbolisent l’aveuglement de

l’obéissance aux ordres) et des armes modernes. C’est une guerre pour détruire avec les armes à plusieurs canons. Est-ce une critique d’un monde en pleine tension dans une course à l’armement.

Le chef du peloton peut également

représenter la soumission de l’armée au pouvoir politique.

Ce chef du peloton, le corps tendu vers la droite et le

visage tourné à gauche symbolise–t-il l’hésitation du cas de conscience ou le refus d’assumer sa responsabilité ?

 

But/Signification

Picasso rejoint le courant pacifiste.  C’est une critique de la guerre de Corée. Il veut dénoncer à travers ce tableau une guerre violente, où le but est d’anéantir l’ennemi sans vouloir faire attention aux civils. On veut dénoncer des pays qui se battent au nom de la liberté des peuples et de la démocratie pour  chaque camp (communiste et américain) mais qu’ils n’appliquent pas pour autant pour eux.

De plus, ce sont de vrais crimes contre l’humanité qui sont dénoncés à travers le massacre de civils innocents.

 

 

Fiche réalisée par Mme Vona et M. Kheloufi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

c moa 06/03/2017 12:14

cc les copains

shana 26/01/2016 06:01

bonjour ou on peux trouver le message de cette oeuvre

anonyme 06/06/2016 21:10

bj

shana 26/01/2016 06:03

silvouplait

sqffs 15/06/2015 21:13

tgl

banane 23/01/2017 13:39

suce moi

Demais HDA :'( 15/06/2015 21:11

Merci de cette explication mais on a environ 5 minute pour expliquez l'oeuvre après ils nous pose des questions...

banane 23/01/2017 13:40

erkofuejheuhhuhfgjhnfueouidsjnvdsjvnreiuv hoifj'iofvr edrem
essorg fkjçàifueiofjezomfeuzqghbibnpisdnbfkpjfnjriovn uihfuvhughuhguihrgiujkd fdp de c mor

anonyme 07/05/2016 12:48

fils de pute ta mere et ta grand mere les pute

Fabio Pablo 15/06/2015 21:12

Tgl fallait apprendre sale fdp de ta mere la chauve